Home   Identifier les polluants

Identifier les polluants

Notre qualité de l’air est amoindrie…

Il existe un grand nombre de polluants, de natures très différentes et de provenances multiples :

  • les polluants chimiques
  • les polluants microbiologiques
  • les polluants physiques

Connaissez-vous les risques induits ?

Ces agents polluants peuvent provoquer des impacts sanitaires et économiques importants :

  • manifestations cliniques multiples
  • cancers
  • décès dus au monoxyde de carbone
  • 30 % de la population touchée par des maladies allergiques
  • coûts économiques calculés selon les indicateurs globaux de détriment sanitaire (OMS)

Les COV, ou composés organiques volatils…

Souvent à l’origine de problèmes respiratoires ou allergiques, les composés organiques volatils (COV) sont retrouvés dans tous les logements et sont l’un des principaux polluants auxquels nous devons faire face. L’étude de l’Observatoire national de la qualité de l’air intérieur, publiée en 2006, a prouvé sans ambiguïté que la concentration en produits chimiques et en dérivés d’hydrocarbures de l’air à l’intérieur d’un domicile est bien supérieure à la concentration mesurée dans l’airextérieur.

Présents dans notre environnement immédiat, les COV proviennent des produits de bricolage que nous utilisons (peintures, colles, décapants, résines synthétiques), des produits ménagers (produits de nettoyage, insecticides, déodorants), des objets domestiques (appareils électriques ou électroniques, jouets en plastique, meubles) mais aussi des matériaux de construction (mousses isolantes, bois agglomérés, plastiques). Les COV sont des produits instables qui émettent des vapeurs à température ambiante. Généralement, un logement « abrite » entre 50 et 300 composés organiques volatils différents, parmi lesquels benzène, toluène, xylène, trichloréthylène ou formaldéhyde… qui ont des effets néfastes : odeurs, irritation des yeux, somnolence, fatigue, voire gêne respiratoire caractérisée avec risque d’asthme et d’allergie. « Les familles gagneraient certainement à être informées de tous les risques qui portent sur l’ensemble des matériaux de construction pour décider en connaissance de cause » préconise Françoise Bas, Administratrice chargée du dossier environnement à l’Union Nationale des Associations Familiales. « Il faut pouvoir trouver des matériaux répondant à cet objectif sanitaire « Construire sain » et les informations suffisantes pour les repérer. Nous attachons donc un intérêt certain à l’étiquetage des matériaux de construction » confirme José Cambou, Secrétaire nationale de la Fédération France Nature Environnement (FNE) et pilote de son réseau santé environnement.

On a là un problème de santé publique, dont la prise de conscience est très récente. Malgré cela, de nombreux professionnels du bâtiment concentrent encore tous leurs efforts sur l’efficacité énergétique des bâtiments, ce qui peut accentuer l’effet de confinement et ne pas favoriser le renouvellement de l’air intérieur.