Home   Air intérieur et santé: le constat

Air intérieur et santé: le constat

Campagne nationale air intérieur dans 300 écoles et crèches

En ce qui concerne le formaldéhyde et ce à l’échelle nationale

  • 11% des établissements scolaires dont les valeurs sont comprises entre  30 à 100 μg/m³ pour laquelle des investigations complémentaires doivent être menées
  • 71% des établissements scolaires ont des valeurs mesurées  comprises entre 10 à 30 μg/m³ soit la valeur guide long terme applicable au 1er janvier 2015
  • 18%  des établissements scolaires ont des valeurs mesurées  comprises entre 0 à 10 μg/m³ soit la valeur guide long terme applicable au 1er janvier 2023

Selon les résultats de mesures des bureaux de contrôle , membre de l’association COPREC.  » En ce qui concerne le formaldéhyde : 13 % des établissements présentent une concentration excessive, avec des concentrations doubles en période estivale, lorsque la température ambiante est supérieure.
En outre 50 des 4 800 salles de classe contrôlées révèlent des niveaux de pollution supérieurs à 100 μg/m3, valeur limite nécessitant une action impérative et un diagnostic plus approfondi pour identifier la source de pollution exposant les enfants. En projection nationale, cela représenterait 30 000 enfants de moins de 6 ans exposés à des teneurs excessives »

Des moisissures de plus en plus présentes

De nombreuses études, démontrent que les moisissures sont très présentes dans nos logements à cause d’un excès d’humidité de l’air. On estime ainsi que l’air d’une maison ancienne se renouvelle en 30 minutes, l’air d’une maison moderne mal isolée en une heure et l’air d’une maison bien isolée en 10 heures ! Le confinement des logements et l’utilisation excessive du chauffage favorisent aujourd’hui le développement en abondance des acariens et des moisissures. Leur présence est accrue lorsque la température est comprise entre 20 et 25°C et que le taux d’humidité de l’air intérieur est supérieur à 60%.

« L’humidité permet la croissance fongique, en même temps qu’elle favorise la dégradation de certains matériaux, elle-même source de pollution. La lutte contre les moisissures repose sur une bonne conception du bâtiment en termes de chauffage, de ventilation et d’absence de ponts thermiques importants » rappelle Raphaël Slama, Président de l’Association Qualitel.